Mars, un mois encore critique pour L’alimentation des Oiseaux au printemps.

Le printemps débute officiellement le 20 mars, mais durant tout le mois, le temps reste encore variable.

Des périodes de redoux alternant souvent avec des moments plus froids, comme ce fut par exemple le cas en mars 2013 en Europe de l’Ouest.

Au cours de ce mois, le nombre de visiteurs aux mangeoires est encore important, et leurs rangs sont parfois grossis par les oiseaux qui ont hiverné plus au sud.

Il vaut donc mieux continuer à nourrir les oiseaux, car la quantité de nourriture disponibles dans la nature est encore limitée, alors que le nombre « d’affamés » est très élevé. 

La mortalité des migrateurs, déjà épuisés par leur long trajet de remontée vers le nord, peut être élevée dans le cas d’un épisode de froid tardif. 

On peut même alors (rarement) voir des Bécasses des bois dans les parcs et les jardins.

Avril est aussi un mois délicat, notamment pour les oiseaux granivores

Les bouleversements des paysages agricoles (intensification des cultures, arrachage des haies, urbanisation, etc.) ont entraîné une réduction des ressources alimentaires, y compris au printemps.

En avril, le temps est encore variable (d’où le dicton « en avril, ne te découvre pas d’un fil ») : un temps froid et humide peut survenir à tout moment.

Pour la plupart des espèces sédentaires comme les pinsons, les grives ou les mésanges, la saison de reproduction bat déjà son plein.

Les parents nourrissent leurs nichées : les besoins en aliments sont donc importants. 

Certains auteurs pensent qu’il ne faut pas arrêter de nourrir les oiseaux pendant la saison de reproduction, qui s’étale généralement entre mars et juin.

L’alimentation des Oiseaux au printemps

Car pour eux, l’arrêt de l’apport de nourriture pourrait provoquer un « choc alimentaire », et ils préconisent plutôt de stopper le nourrissage une fois que les jeunes sont autonomes. 

En cas de période brutale et inattendue de froid au moment où les parents nourrissent leurs petits en leur apportant des vers ou des chenilles, un apport de nourriture peut contribuer à la survie des jeunes.

En conclusion

Si l’on prend en compte les résultats d’études indiquant qu’il vaut mieux arrêter le nourrissage des oiseaux durant la période de nidification.

En effet, les conditions météorologiques sont encore variables en mars et même en avril et que les oiseaux (sédentaires et migrateurs) sont alors encore nombreux aux mangeoires.

Il semble raisonnable, en tout cas dans le nord de la France et en Belgique, de poursuivre le nourrissage jusqu’à la fin du mois de mars, puis de le réduire progressivement au cours de la première semaine d’avril.

Plus au sud, la fin de la période de nourrissage pourra a priori être plus précoce.

Vous pourrez toujours reprendre temporairement le nourrissage en cas de vague de froid soudaine. 

Par contre, il faut mettre de l’eau à disposition toute l’année (lire Conseils pour fournir de l’eau aux oiseaux).

Source : https://www.ornithomedia.com/

A bientôt, dans ma rubrique « Connaissez vous »pour faire le plein de jolies découvertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.